Kakadu
est le parc national le plus large en Autralie. Il est situé dans la région tropicale du nord, couvrant plus de 20,000 kilomètres carrés de terres depuis la côte nord et les estuaires, en passant par les plaines inondables et les basses terres, jusqu’aux crêtes rocheuses du sud. Les rivières Alligator est, ouest et sud traversent Kakadu sur plus de 400 kilomètres.

waterfall
Parc National de Kakadu, Australie 1

Alors que ces rivières se précipitent à travers de superbes canyons, débordent de falaises spectaculaires et serpentent dans de vastes marécages de mangroves, elles nourrissent l’un des sites de biodiversité les plus riches du monde. L’extraordinaire éventail de plantes, d’insectes et d’animaux de Kakadu contient plus d’un tiers des espèces d’oiseaux australiens et un quart des espèces de poissons d’eau douce et d’estuaires du pays.

Pendant des milliers d’années, les êtres vivants dans ce riche environnement ont co-évolué, chaque espèce végétale et animale occupant des niches écologiques distinctes mais interdépendantes. Divers biomes comme ceux-ci fournissent les services nécessaires à la vie sur Terre, tels que la séquestration du carbone, la production d’oxygène, la décomposition des déchets et la purification de l’eau et de l’air. Les valeurs ajoutées pour les êtres humains comprennent des aliments nutritifs, des minéraux précieux, des possibilités de loisirs et un enrichissement spirituel.

Kakadu est l’un des 25 sites du patrimoine mondial désignés par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Les sites portant cette désignation sont reconnus comme fournissant des ressources biologiques et culturelles indispensables à la communauté mondiale.

Les peuples autochtones de Mirrar vivent à Kakadu depuis plus de 50 000 ans. Cette terre de roches et d’eau, d’arbres et de plantes, d’insectes et d’animaux est leur foyer physique et spirituel. C’est ici que « Dreamtime » a commencé, l’époque où les Mirrar croient que Kakadu a été créé. Pour les Mirrar, au début de “Dreamtime”, les esprits ancestraux sont venus sur Terre et ont créé toutes les formes de relief et la vie.

Mirrar elder and children
Une aînée et des enfants de Mirarr. Le peuple Mirarr est reconnu comme le propriétaire traditionnel de cette région en vertu de la Loi sur les droits fonciers des Aborigènes (Territoire du Nord). 2

Les anciens Mirrar célébraient le Dreamtime dans le rituel et l’art. Plus de 190 anciennes peintures rupestres et sites de sculpture sur roche survivent à ce jour. Les Mirrars contemporains croient qu’ils vivent toujours dans le “Rêve” et que tout ce qu’ils font communique avec les ancêtres et leur terre sacrée.

Comme les Mirrar, les peuples autochtones du monde entier ont longtemps considéré leurs terres ancestrales comme sacrées. Les écologistes reconnaissent aujourd’hui que ces zones sacrées sont la plus ancienne forme de protection de la biodiversité de la planète. En 2005, le Fonds mondial pour la nature et l’Alliance des religions et de la conservation ont publié le livre Beyond Belief: Linking Faith and Protected Areas to Support Biodiversity Conservation. Dans ce document, plus de cent sites sacrés protégés à travers le monde sont décrits parmi les centaines qui restent encore sans protection.

Regarder de plus près

closer_look

Lire les parties 1-3 de Beyond Belief: Linking Faith and Protected Areas to Support Biodiversity Conservation, un document sur la relation fascinante entre les sites sacrés et la protection de la biodiversité.

En 1969, de l’uranium a été découvert à Kakadu. Le gouvernement australien a passé un contrat avec la société minière britannique Rio Tinto pour extraire l’uranium pour la vente internationale. Ce fut une décision controversée. La construction de la mine nécessiterait la construction de routes traversant des régions vierges de Kakadu, fragmentant ainsi les habitats. On craignait que les déchets provenant de l’extraction de l’uranium ne contaminent et ne tuent des espèces végétales, halieutiques et animales rares, sans parler des Mirrar eux-mêmes.
uranium mine
La Mine d’Uranium Ranger de Kakadu. 3
L’extinction des espèces est un problème très grave en Australie. La majorité des espèces de mammifères, de reptiles et de grenouilles de la terre ont évolué en Australie et n’existent que dans ce pays. Pourtant, l’Australie connaît le taux d’extinction des mammifères le plus élevé au monde. Vingt-cinq mammifères indigènes ont disparu depuis la colonisation européenne en 1788.

Malgré les protestations du peuple Mirrar, la mine d’uranium Ranger a commencé à fonctionner à Kakadu en 1980. La production d’uranium s’est poursuivie jusqu’à l’épuisement de la mine à ciel ouvert en 1995. Une deuxième mine à Kakadu, la “Jabiluka”, a été ouverte en 1997. Les Mirrar ont protesté contre la destruction de l’habitat et la contamination potentielle du réseau fluvial Alligator de 400 km. Cette fois, d’autres personnes venant de toute l’Australie et du monde se sont jointes à la manifestation de Mirrar. Après six ans d’exploitation, la mine de Jabiluka a été fermée.

Mirrar protests
Protestation des Mirrar contre l’exploitation de l’uranium à Kakadu.4

Les plus grandes sociétés minières du monde ont hâte de retourner à Kakadu, où on estime que les gisements d’uranium restants sont supérieurs aux réserves de pétrole en Arabie Saoudite. Avec la croissance des technologies à base d’uranium dans l’industrie de l’énergie nucléaire, dans le développement d’armes militaires et dans la technologie médicale, il sera de plus en plus difficile pour le peuple Mirrar de protéger sa terre biologiquement diversifiée et spirituellement riche.

Cette brève étude de cas soulève des questions cruciales que vous étudierez dans ce chapitre.

  • Pourquoi la biodiversité est-elle importante et comment est-elle apparue ? Quelles sont les principales formes de biodiversité sur Terre et pourquoi se dégradent-elles ?
  • Quels défis éthiques rencontrons-nous pour protéger et améliorer la biodiversité de la Terre ? Quels fondements moraux, principes, objectifs et vertus devraient guider nos décisions alors que nous recherchons la protection et l’amélioration de la biodiversité ?
  • Comment les humains ont-ils abordé la nature et le sens de la biodiversité d’un point de vue spirituel ?
  • Quelles mesures sont prises dans le monde aujourd’hui, qui sont des signes d’espoir pour une meilleure biodiversité ? Y a-t-il des signes de dégradation de la biodiversité dans votre communauté ? Y a-t-il une action que vous pouvez entreprendre dans votre communauté pour commencer à guérir la biodiversité en dégradation de la Terre ?

Études de cas supplémentaires

Les Tortues de Mer de l’Uruguay